Méthode d'analyse météo

Savoir chercher et interpréter efficacement les informations pour préparer une sortie en parapente

Intérêt et concept de la méthode

L’objectif de cet article est de présenter une méthode pour préparer efficacement une sortie parapente en montagne d’un point de vue météo.
Quel type de données chercher ? Comment et où collecter les informations ? Comment les analyser ? Et le plus important, quelle conclusion en tirer.

L’intérêt d’une démarche cadrée est multiple:

  • Cela permet de gagner en rapidité car on s’habitue à procéder toujours de la même manière et à utiliser les mêmes outils.
  • On réduit les biais d’interprétation qui voudraient nous faire regarder que les données qui nous arrangent, qui nous feraient zapper une conclusion ou induiraient une erreur de raisonnement et une mauvaise évaluation.
  • On a un support pour débriefer le déroulement de la journée, comparer le vécu avec la prévision et donc gagner en expérience.

Il ne s’agit pas d’un cours météo, c’est pourquoi je ne détaille pas certaines notions. L’objectif est de faire un support pratique et fonctionnel pour l’analyse météo lors de la préparation d’un vol en parapente. J’ai essayé de vulgariser au mieux en essayant de ne pas perdre trop en précision. Si certaines notions soulèvent des questions, n’hésitez pas à aller approfondir avec d’autres moyens ou en commentant cet article.

Je vais essayer de présenter différents outils que j’utilise pour collecter les données. Ils sont tous gratuits et compatibles ordinateur et smartphone. L’idée n’est pas de tous les utiliser mais plutôt de vous approprier ceux que vous préférez.

Puis j’ajouterai à cet article des exemples concrets d’application de la méthode, de situations vécues.

Présentation de la grille d’analyse météo

La grille d’analyse météo permet d’étudier trois types de paramètres qui vont influencer nos choix de vol :
le vent météo, les nuages et précipitations, l’instabilité et les brises. 

Chacun des paramètres est abordé en trois temps:
– Une phase de prévision. Il s’agit de la collecte d’informations grâce à différents outils et sites internet que nous présenterons plus bas.
– Une phase d’évaluation. C’est la mise en relation de la donnée collectée dans la prévision avec l’objectif du vol (plouf, cross, etc) et différents facteurs comme nos compétences techniques, le site de vol (son orientation , altitude, topographie..), l’heure du vol… De cette confrontation découle un avis subjectif sur la possibilité de réaliser son vol. De favorable à défavorable et avec toutes les nuances comprises entre ces bornes.

  • Favorable

  • Imprécis, doit être éclairé par de l’observation
    Peut poser problème si cumulé à d’autres facteurs
    Nécessite quelques adaptations du plan

  • Impose un changement de plan radical

– Une phase d’observation. Elle peut démarrer dès le début de la journée et dure jusqu’à la fin du vol. Elle permet de confirmer ou non les prévisions faites et éventuellement de lever certains doute pour faire basculer un signal orange vers du vert ou du rouge. Elle conduit donc souvent à une réévaluation.

La grille s’utilise facilement avant et après la sortie, quand on prépare ou revient sur son vol à la maison. A force de pratique, la logique s’intègre et on peut réfléchir « selon la grille » pendant la sortie, ce qui aide à ordonner sa réflexion et rend la prise de décision plus limpide.

En cliquant sur l’image de la grille, vous avez accès à une version Google Sheet que vous pourrez copier et utiliser à votre guise.

Grille d'analyse météo de l'instabilité de la nébulosité et du vent pour préparer une sortie parapente

La grille vierge est téléchargeable en version PDF imprimable ici :

La situation générale

C’est l’introduction à l’analyse. L’étude de la situation générale n’est pas forcément indispensable à la préparation de la sortie car elle ne nous donne pas une lecture directe des trois paramètres que sont le vent, l’humidité et la convection. De plus sa lecture n’est pas forcément facile pour celui ou celle qui n’en a pas l’habitude. Cependant en s’y accoutumant, en plus d’acquérir petit à petit une culture météorologique, on est capable d’identifier des systèmes météo caractéristiques. Des systèmes dans lesquels on a déjà volé et pour lesquels les conditions risquent d’être proches.
Ex : Fiabilité de la prévision ou stabilité identifiée par la présence d’un bel anticyclone. Journée très instable dans un ciel de traine post front froid…

Cette analyse est aussi intéressante lorsqu’il y a un risque d’orage à un moment de la journée. Va-t-il être soudain à cause de l’arrivée d’un front froid ou est ce que ce sont des sur-développements dans une situation de marais barométrique ?

Le site https://meteo-chamonix.org dont est extrait la photo ci contre présente un intérêt éducatif car la carte des fronts est accompagnée d’un texte descriptif de la situation. Il permet de se familiariser avec le vocabulaire et les différents systèmes météo.
Un descriptif texte est aussi rédigé pour chaque journée sur une petite semaine.
Il est mis à jour une fois par jour. 

Pour les plus habitués à la lecture de ce genre de cartes, le site https://www.metoffice.gov.uk/weather/maps-and-charts/surface-pressure a l’avantage de présenter l’évolution de la situation à raison de 2 cartes par jour jusqu’à 4 jours.

Le vent météo

Prévision du vent

L’orientation et la possibilité du décollage, l’intensité et la localisation des turbulences, le sens d’un parcours de cross sont autant de choses qui dépendent du vent météo. Cependant le vent change à la fois en orientation et en intensité en fonction de la géographie de l’altitude et du temps. C’est pourquoi noter clairement les infos dans la grille permet d’avoir les idées claires. 

Je commence par regarder les caractéristiques du vent (intensité et direction) à hauteur des sommets du massif dans lequel je vais voler. C’est la plus basse couche de vent qui n’est pas ou peu influencée par les relief. Cela donne une bonne indication de la tendance générale. 
Puis pour rentrer dans le détail je peux regarder ce qui se passe à hauteur du décollage et enfin en basse couche dans les vallées.
Si je pars pour un vol de durée, je peux refaire l’analyse pour plusieurs moments de la journée et en plusieurs endroits. 

Quelques outils que j’utilise pour collecter les informations de prévision de vent :
interface d'analyse du vent sur windy

https://www.windy.com est un outil gratuit et puissant pour l’analyse d’un très grand nombre de données (vent, pluie, météogrammes et nébulosité, plafonds nuageux,  émagrammes…). L’appli smartphone est très ergonomique aussi !
La carte permet d’afficher les lignes isobares et l’animation des particules la rend très lisible et graphique.

Pour l’analyse du vent, l’avantage de windy vient de son aspect graphique et de la facilité de jongler entre les altitudes, la localisation, le temps et les différents modèles.
Concernant ces derniers, ICON-D2 est le modèle le plus fin permettant d’avoir la prévision du vent en altitude. AROME a une maille encore plus fine mais ne permet pas, sur windy, d’obtenir les données en altitude. J’utilise aussi ECMWF et ICON pour avoir des prévisions à plus long terme.

La finesse de la maille est indiquée en km à côté du nom du modèle.

analyse du vent avec météo parapente

https://meteo-parapente.com permet en une seule vue d’obtenir les prévisions de vent à toutes les altitudes et à toutes les heures de la journée pour un point donné.

Le mode haute altitude de Météo Ciel donne la vitesse et l’orientation du vent en différentes altitudes.
Ces dernières sont exprimées en géopotentiel.
Ici, on peut obtenir les données de vent et de température en altitude du modèle AROME.

Evaluation du vent météo

Maintenant que la donnée a été collectée, il faut la traiter. C’est à dire qu’il faut la mettre en relation avec l’objectif du jour et ses pré requis. 
La confrontation de la prévision avec nos attentes doit aboutir a une décision : OK je vais voler comme prévu, non je ne vais pas voler, je vais voler mais je change d’objectif, c’est incertain mais si demain j’observe ça… alors…, etc.

Pour faciliter l’évaluation on peut fonctionner avec des échelles. Une échelle ne doit pas être appliquée systématiquement et empêcher de réfléchir plus finement mais dans de nombreux cas, elle permet de gagner en efficacité (voire en objectivité) dans la prise de décision.

Un exemple d’échelle peut être le suivant :

  • 0 à 10 km/h
    Peu d’influence
    Régime de brise souvent dominant

  • 10 à 20 km/h
    Importance du choix du décollage
    Vigilance sur le plan de vol et les pièges aéro

  • > 20 km/h
    Cas spécifiques

A chacun de construire son échelle en fonction de :
son expérience en parapente
ses capacités (compétences de pilotage, de gonflage, d’analyse de l’aérologie et de la topographie, sensibilité à la turbulence…)
ses objectifs (vol thermique d’une heure peu turbulent, vol rando avec soaring sur une crête, je veux faire un plouf mais je suis dispo que de 14h à 15h…)

Il est aussi important de l’ajuster en fonction de sa forme physique et psychologique du moment !

Observations du vent météo

L’observation du vent peut se faire soit en direct soit par le moyen d’outils de mesure. Elle va permettre de confirmer ou non l’analyse qui a été faite lors de la préparation et de lever les derniers doutes s’il en restait.

Quelques observables :
vent sur le visage, manche à air, feuilles des arbres, fumées, défilement des nuages, dérive de son thermique ou de ses 360, vitesse sol GPS.

Les balises connectées :
On a la chance d’avoir un nombre de balises météo plutôt important dans les Alpes et autour des sites de vol libre.
Le site internet et appli mobile https://www.spotair.mobi/ regroupe un très grand nombre de ces balises.
Elles sont orientées sur la carte selon le sens du vent et on voit la valeur de la vitesse sans même cliquer dessus pour les ouvrir ce qui est très ergonomique. Spotair, qui est depuis peu associé à la FFLV est pourvu d’innombrables autres fonctionnalités que je ne présentes pas ici mais qui sont très utiles à la pratique du parapente.

présentation du site de météo spot air qui regroupe toutes les balises de vent pour le parapente

Interface du site SpotAir

affichage de l'historique d'une balise sur spot air

L’accès à l’historique est intéressant pour voir si le vent suit bien la tendance prévue. On a ici l’info d’intensité et d’orientation au cours du temps.

On peut aussi revenir sur les journées passées.. pratique pour les débrief !

Nébulosité / Nuages et précipitations en parapente

Est ce qu’il y aura une mer de nuages ? Le déco sera-t-il pris dans les nuages et jusqu’à quelle heure ? Y-a-t-il un voile d’altitude qui va ralentir la convection ? Les précipitations sont-elles généralisées ou s’agit-il d’averses convectives localisées ?
La pratique du parapente est largement conditionnée par la présence et le type de nuages dans le ciel. Voir et être vu, la principale règle du vol à vue peut être rapidement mise à mal par leur présence. Ils ont aussi un impact sur l’ensoleillement et donc la qualité d’une journée de cross. Quand à la pluie, nos ailes ne la tolèrent pas vraiment.

Prévision de la nébulosité et des précipitations

Un météogramme est un schéma simplifié issus d’analyse de données météo. Il permet une lecture graphique facile de l’évolution nuageuse au fil d’une journée. On a accès à l’altitude des nuages, à leur étalement en altitude et à leur densité en niveaux de gris.
Ces météogrammes informent aussi des précipitations et des averses. 

Affichage du météogramme des nuages et de la pluie sur windy pour une analyse parapente
affichage des prévisions sur le site météo windy

Windy permet d’afficher le météogramme en un lieu donné en cliquant sur la carte (image de gauche).
Encore une fois, il est possible de faire varier le modèle utilisé.

En affichant le calque « pluie » on peut observer la répartition géographique des précipitations sur la carte et leur évolution dans le temps. J’utilise aussi le calque « Nuages » qui donne la valeur en pourcentage de couverture nuageuse.

utilisation du météogramme météoblue pour le parapente

Météoblue offre un météogramme plus sobre qui peut être plus simple à lire.

Météo parapente pour les nuages

Météo parapente permet aussi d’avoir des infos de nébulosité et de précipitations. 
Les densités des nuages sont représentés en niveaux de gris.
En haut, à l’horizontal, sont affichés les nuages par tranche d’altitude (nuages bas, alto, cirro).

Ici on voit un voile de nuages de type cirro sur l’ensemble de la journée, excepté en fin de matinée. Quelques cumulus ou nuelles peuvent apparaître en milieu de journée. En fin de journée le plafond s’abaisse et les nuages se densifient légèrement.

Enfin, météociel permet d’aller voir les prévisions de pluie heure par heure avec le modèle arôme (voir capture d’écran de la partie « Vent »)

Observation de la nébulosité et des précipitations

https://www.spotair.mobi/ référence de nombreuses webcam bien pratiques pour observer l’ennuagement sur différents sites. On peut souvent faire défiler l’historique pour essayer de comprendre l’évolution.

Les images satellite permettent d’observer la couverture nuageuse en temps réel. 
Image satellite des Alpes sur Météo Suisse
Images satellite météociel

Les radars permettent de voir les précipitations en temps réel. Certains intègrent une prévision à court terme dans l’échelle des temps. Faire défiler l’échelle des temps permet de voir la trajectoire des grains et d’anticiper leur évolution.
Radar Zoom HD de météociel
Radar de pluie météosuisse
Radar et Satellite météoblue

utilisation du radar de pluie windy pour le parapente

Ici, l’utilisation du radar windy qui intègre une fonction de prévision.

Instabilité ( Thermiques, turbulences, brises)

Certainement le paramètre le plus compliqué à appréhender. D’une part, parce qu’il n’existe pas un unique indicateur à lire. D’autre part, parce que chacun l’appréhende différemment en fonction de ses objectifs. Certain vont se réjouir d’une journée instable tandis que d’autres vont s’en méfier…
Je ne parlerai pas ici de l’étude de l’instabilité dans l’optique d’optimiser un vol de distance. Nous allons plutôt nous placer dans le cadre d’un vol montagne pour lequel nous voulons limiter le caractère turbulent du vol qui peut être lié à la convection.

Pour qu’il y ait développement de thermiques et de brises, deux conditions sont nécessaires :

  • Un apport de chaleur au sol par le soleil.
  • Un profil thermique de l’air qui soit instable. C’est à dire une distribution des températures en altitude qui permette à la bulle thermique d’être toujours plus chaude que son air environnant en montant, même si elle se refroidit, et donc de continuer sa progression verticale à travers une certaine couche. En simplifié, un air relativement froid.

En se basant sur ces deux conditions, on peut lister une certaine quantité d’informations facilement récupérables ou observables et qui vont avoir un impact sur le caractère thermique de la journée.

Prévision de l’instabilité

Ensoleillement :

  • Les voiles nuageux vont atténuer la puissance du soleil, ils peuvent donc ralentir l’activité thermique, voir la stopper complètement. Un voile de cirrus fins aura moins d’impact qu’un épais voile d’alto stratus.
  • La saison, l’heure et l’orientation du décollage vont donner une idée de la puissance du soleil.

Profil instable de l’air :

  • Par tendance de vent du Nord, c’est de l’air plus frais qui vient constituer la masse d’air. On aura donc souvent une journée plus instable qu’avec un vent de secteur sud.
  • Il est aussi possible de regarder les courbes de températures (météogramme de météoblue) pour avoir une idée de la relative fraîcheur de la saison. Une même température peut être relativement fraîche au milieu d’un mois d’août alors qu’elle représente une valeur haute au printemps.
  • Sur météociel, les valeurs de températures par altitude permettent de calculer un gradient de température sur 2000m. En le ramenant à 100m on peut se créer une échelle (ex: au delà de -0,3°C/100m l’instabilité est marquée). Cette échelle dépend du modèle utilisé et est à ajuster avec son expérience.
    Donc si on prend l’exemple de la capture d’écran météociel présentée plus haut. Le mercredi à 11h, on a environ -7°C entre  0 et 2000 mètres. Ce qui fait un gradient de -0,35°C/100m qui traduit une instabilité assez forte. 
  • Pour les plus expérimentés, il y a l’émagramme.
Evaluation de l’instabilité

Pas de règle imparable… Il faut construire son expérience en faisant ses analyses puis en les débriefant une fois la journée passée pour engranger de l’expérience. 
L’idée est de partir sur une base (ex: en été en face sud, c’est souvent trop fort pour moi entre 13h et 17h) et de venir l’adapter avec les éléments cités ci dessus.

Par exemple : Je veux aller voler à 12h en face Est en Juin. Mais c’est après le passage d’un front et on se retrouve dans un régime de nord très frais. ça va peut être déjà être trop thermique pour moi.. Mais en regardant de plus près, je vois qu’un voile de cirrus masque le soleil en matinée jusqu’à 13h, il va ralentir la convection. Si je prévois de décoller à 11h30 pour garder de la marge ça devrait aller. Mais attention à ne pas attendre que le voile passe, ça pourrait devenir explosif subitement!

Observation de l’instabilité

Puisque la prévision n’est pas simple, l’observation va avoir un rôle d’autant plus important.

Le type de nuages nous renseigne sur l’activité thermique. On peut guetter l’apparition des premières barbules (si ce n’est pas une journée de thermiques bleus). la vitesse du développement vertical des cumulus renseigne aussi sur le caractère instable de la journée.
On peut observer le déplacement, l’apparition et la disparition des voiles nuageux et l’évolution de leur épaisseur. On peut parfois distinguer les inversions en vallée qui bloquent le développement des thermiques en matinée ou parfois pour toute la journée.
En montant au décollage on est attentif à la brise qui remonte la pente.

On peut ressentir la fraîcheur de l’air au décollage. En général les gros contrastes (chaud quand le soleil est là, très froid quand on passe à l’ombre) sont signe d’une instabilité marquée.

Sur le décollage la manche à air nous donne l’info sur les cycles thermiques.
Les pilotes fusibles les plus intéressants à observer sont ceux qui vont traverser la masse d’air pour aller en vallée. Ils permettent de voir si la convection a lieu seulement au relief ou s’il y a aussi de l’activité en vallée. Ils traversent les turbulences en ne restant pas au chaud dans le coeur du thermique.

Synthèse des outils d’analyse météo

Ci dessous un résumé des outils vu précédemment pour compléter le tableau d’analyse météo. 

tableau de synthèse sur l'analyse météo en parapente pour le marche et vol
Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from - Youtube
Vimeo
Consent to display content from - Vimeo
Google Maps
Consent to display content from - Google
error: Content is protected !!